Meeting départemental "Alternative à l'austérité" le 3 avril à Malakoff

Publié le par 8eme-frontdegauche92

Vu sur PCF.92 et sur PG 92centre

 FDG-contre-l-austerite.jpg

Mercredi 3 avril à 19h30 

 à la salle des fêtes, 13 avenue Jules Ferry (métro Malakoff Plateau de Vanves)


Avec Brigitte Gonthier-maurin, Sénatrice PCF - François Delapierre, Secrétaire national du PG - Denis renard, Responsable 92 de la CGT, et de nombreux élus, militants, syndicalistes, citoyennes et citoyens engagés dans la bataille pour l'emploi.

 

Pour l'emploi et sa sécurisation  

 

Pour des millions de personnes, en France et en Europe, le quotidien est inquiétant : peur de se retrouver sans emploi, de ne pas pouvoir payer les factures, angoisse pour les enfants, colère aussi parfois face à l’injustice qui fait la part belle aux plus riches. Les inégalités s'accroissent !

Partout, des politiques d’austérité sont imposées pour faire payer la facture aux peuples : diminution des budgets et remise en cause des services publics, qui sont pourtant les seuls amortisseurs sociaux de la crise.

 

L’austérité n’est pourtant pas la solution, elle est même le problème qui est en train de mener tous les peuples dans le mur !

D'autres choix sont possibles et il est urgent de les mettre en oeuvre. Les citoyennes et citoyens ont voté en 2012 pour un vrai changement, maintenant.

Le Front de gauche l’affirme : « l’alternative à l’austérité, c’est possible !» Ensemble, faisons grandir les mobilisations pour une politique qui donne la priorité aux besoins sociaux et  environnementaux, une politique qui place l’Humain d’abord !

 

Dès maintenant : empêcher le MEDEF de faire la loi !

Le Medef et trois organisations syndicales minoritaires ont signé un accord sur la flexibilisation de l’emploi, appelé Accord National Interprofessionnel (ANI).

Il contient une régression sociale inédite : temps partiel ajustable, expérimentation du "CDI intermittent", mobilité forcée sous menace de licenciement sans indemnité, changement du salaire et du temps de travail au bon vouloir de l'employeur, possibilité de faire sauter de nombreuses garanties légales par simple accord d'entreprise...

Sans modification, le gouvernement vient de transcrire cet accord dans un projet de loi, injustement appelé "de sécurisation de l'emploi". Alors que le débat sur ce texte est prévu dès avril à l'Assemblée nationale, le gouvernement a en plus choisi une procédure accélérée, comme s'il y avait urgence à diminuer le droit des salarié-es et à minimiser le travail des parlementaires !

 

D'autres choix sont possibles !

Dès maintenant, nous devons tout faire pour empêcher le vote en l'état de ce projet de loi. La bataille ne fait que commencer ! A l'Assemblée nationale et au Sénat, les parlementaires de gauche, qui sont majoritaires, peuvent mettre en échec cette tentative du Medef de casser le code du travail et les acquis sociaux.

Pour cela, il y a besoin de vous. Le succès de la journée d'action syndicale du 5 mars et le vote au Sénat d'une version amendée de la proposition de loi du Front de gauche d'amnistie des syndicalistes montrent que des avancées sont possibles quand la population se mobilise.

Nous avons des propositions concrètes pour l'emploi et sa sécurisation. Pour en débattre avec vous et envisager ensemble les actions à mener, le Front de gauche 92 vous invite à cette réunion départementale.

Publié dans Evènements

Commenter cet article